Feu d'art festif au carré Sénart

C'était à la fête du carré du 13 juillet 2013 et pour ses 40 ans, la ville nouvelle à vue grand en invitant comédiens, plasticiens, danseurs et musiciens pour animer cet événement populaire. Parmi eux, quelques célébrités étaient présentes et notamment, le Manège carré, créé tout spécialement pour la ville de Sénart en 2008 et conçu par François Delarozière (Machines de l'île et Royal de luxe) ainsi que les Fatals Picards. Ces derniers ont donné concert en fin de journée, juste avant le feu d'artifice qui clôturait l'événement. La direction artistique de cette fête, menée avec le souci du détail a pris le parti du rétro et de l'environnement. Ce thème récurrent était présent partout jusque dans le choix de la restauration présente sur place. Cette thématique n'étant pas tombée dans l'oseille d'une courge, le collectif s'est de suite emparé du sujet en proposant plusieurs installations végétalisées. Ce travail n'aurait pas été possible sans la présence du service culturel du SAN Sénart, de sa direction artistique ainsi que de toute son équipe composée de très compétents techniciens et régisseurs.

 

LA MINI

Il y'a quarante ans, sur le parking du carré Sénart une habitante de la ville assiste à un étrange phénomène:

les légumes et les plantes qu’elle avait achetés s'empressent de se multiplier et se réapproprient les lieux, ils s’émancipent et s’étendent bientôt comme une flaque tout autour du véhicule…

LES CABANES

Qu’elles soient closes ou bien ouvertes sur la ville et les spectacles, ces cabanes font partie de l’événement. Elles offrent aux promeneurs la possibilité de se reposer sur des fauteuils dans un décor à ciel ouvert au beau milieu de la chlorophylle, telle une boîte à oxygène.


LES FAUTEUILS ET LES CHAISES

LES FAUTEUILS( çi-dessus) :

entrer en communication avec les plantes mais aussi avec les autres habitants de la ville? Quelle est donc cette étrange expérience que les êtres chlorophylliens nous proposent ?  Mais nous sommes à Sénart et ne l’oublions pas, c’est la ville de tous les possibles… Le public est invité à s’asseoir sur les fauteuils pour faire un voyage une odyssée imaginaire ...

 

 

 

 

LES CHAISES (à droite) :

les arbres auraient-ils pris le contrôle sur les objets de notre quotidien? Ou s’agit-il de façon plus pragmatique d’un phénomène spatio- temporaire doublé d’un inversement de pesanteur? Quoi qu’il en soit, le temps semble s’être figé et des chaises se balancent dans les arbres, suspendues entre poésie et légèreté. 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0